Merci de désactiver votre bloqueur de publicité celle-ci ne sont pas gênantes et finance en partie le site internet.
Ex : Tomb raider, League of legend
Devenir Premium



  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Harcèlement et inconduite sexuelle : Ubisoft a suspendu ses cadres le temps de l'enquête
NEWS

Harcèlement et inconduite sexuelle : Ubisoft a suspendu ses cadres le temps de l'enquête


Comme annoncé dans un communiqué publié jeudi, Ubisoft a ouvert une enquête en réponse aux témoignages accablants qui ont été relayés sur internet au sujet du comportement de certains de ses employés, dont des haut placés. Jason Schreier de Bloomberg confirme désormais que la plupart des employés visés par ces allégations ont été suspendus le temps de l'enquête que l'entreprise conduit avec l'aide de consultants externes.

Parmi ces employés essentiellement masculins figurent deux cadres du groupe français employant plus de 16 000 personnes à travers le monde, à savoir Maxime Béland et Tommy François, qui ont donc été placés en "congé administratif" comme le veut la formule dans les situations sensibles comme celle-ci. Porte-parole d'Ubisoft, Stéphanie Magnier a confirmé que l'entreprise ne fera pas d'autres commentaires le temps de l'enquête sur les accusations dont ses employés font l'objet. Compilés sur ce fil Twitter, ces témoignages ont principalement été partagés de façon anonyme et tombent évidemment assez mal alors qu'Ubisoft doit mettre en valeur ses prochains jeux dans sa présentation du 12 juillet pour repartir de l'avant après un exercice annuel compliqué.

Maxime Béland a été embauché par Ubisoft Montréal comme testeur en 1998. Il a notamment occupé le poste de directeur créatif sur Rainbow Six Vegas, Splinter Cell Conviction et Splinter Cell Blacklist. Après un passage chez Epic Games pour travailler sur Fortnite entre mars et octobre 2019, il a fait son retour chez Ubisoft pour intégrer le poste de vice-président à l'éditorial en janvier 2020. Décrit par ses dénonciateurs comme le symbole d'un environnement de travail souvent toxique envers les femmes, il est notamment accusé d'avoir étranglé une employée sous l'influence de l'alcool et de la colère pendant la fête de lancement de Far Cry Primal. Il aurait été protégé des conséquences de cet incident violent par le directeur du studio (Alexandre Parizeau) pendant que sa femme était à la tête des ressources humaines. Plusieurs témoignages ajoutent que Maxime Béland a en fait été viré par Epic Games au bout de 8 mois avant d'être embauché à nouveau par Ubisoft à un poste encore plus important, au plus grand étonnement de certains de ses collègues.


Journaliste dans les années 90, Tommy François a intégré le milieu du développement en 1996 en tant que producteur chez Shiny Entertainment. Après 6 années comme directeur éditorial de MTV et Game One, il a rejoint Ubisoft en 2006 et occupe depuis janvier 2015 le poste de vice-président de l'éditorial et du service créatif au sein du quartier général de Paris. Les témoignages font de lui un harceleur sexuel notoire bien trop tactile avec ses collègues et explicite avec la gent féminine. Certains l'accusent d'être, par sa position importante au sein d'Ubisoft, un des rouages cultivant la protection de la culture toxique au sein de l'entreprise. Comme beaucoup d'autres, il aurait été lui même protégé de centaines de plaintes déposées à son encontre par Serge Hascoet, le responsable de la ligne éditoriale du groupe.


Les autres employés d'Ubisoft cités dans ces allégations incluent Mickael Godard (Ubisoft Berlin), Stone Chin (Ubisoft San Francisco), Alexandre Amancio (Ubisoft Montréal), Andrien Gbingnie (Ubisoft Toronto), Poonam Tewari (Ubisoft Toronto) mais aussi des témoignages plus généraux sur le harcèlement et autres abus dont les femmes seraient victimes chez Ubisoft Paris avec la complicité des ressources humaines. Plus tôt cette semaine, Ashraf Ismail annonçait se retirer de son poste de directeur créatif d'Assassin's Creed Valhalla après l'étalage de ses aventures extraconjuguales sur les réseaux sociaux.

En fin de semaine, le PDG et le responsable des ressources humaines d'Ubisoft ont envoyé un message aux employés pour confirmer que des cabinets juridiques externes enquêtent désormais sur cette vague d'accusations. Ubisoft a aussi mis en place un groupe interne dans l'espoir de trouver de "meilleures solutions et outils pour détecter, signaler et résoudre sans délai tout incident ou problème grave", indique Bloomberg. En interne, le niveau de scepticisme et de perte de confiance serait toutefois important quant aux mesures annoncées par Ubisoft, de nombreux employés estimant que la direction du groupe n'a jamais fait le nécessaire quand des faits similaires ont été dénoncés par le passé, se contentant souvent de déplacer les personnalités à problèmes dans d'autres départements.



Soyez le premier à commenter
Commenter (0)
Partagé
Qualité de l'actualité : 



Nous aimerions que vous acceptiez l’utilisation de données liées à votre navigation sur notre site (telles que votre adresse IP et les pages que vous avez consultés) par nous et nos partenaires afin de mieux comprendre l'utilisation que vous faites de notre site (mesure d’audience), vous offrir des services, contenus éditoriaux et publicités adaptés en fonction de vos centres d’intérêts déduits, etc. Si vous disposez d’un compte, nous pourrons associer ces données aux informations personnelles que vous avez fournies pour les mêmes finalités. Pour accepter, nous vous invitons à poursuivre votre navigation en cliquant sur “Accepter & Fermer”. Pour en savoir plus, refuser ou exercer un choix plus granulaire (en fonction des finalités et/ou des partenaires). Vous pouvez changer d’avis à tout moment en cliquant sur « Préférences cookies » figurant en bas de chaque page.