Merci de désactiver votre bloqueur de publicité celle-ci ne sont pas gênantes et finance en partie le site internet.
Ex : Tomb raider, League of legend
Devenir Premium



  1. Accueil
  2. Test
  3. Pokémon Épée : L'île solitaire de l'Armure

Pokémon Épée : L'île solitaire de l'Armure

Pokémon Épée : L'île solitaire de l'Armure

Pokémon Épée : L'île solitaire de l'Armure

Genre : Jeu de rôles | Disponible : 17 juin 2020 Vendredi 19/06/2020

Alors que l’on pensait tout savoir de Galar, voici qu’une île pointe le bout de son dojo. Nul besoin de terminer la quête principale de Pokémon Epée et Bouclier pour y accéder : on peut faire ses valises pour Isolarmure assez tôt dans le jeu. De base, le niveau des Pokémon adverses, aux alentours de 10, correspond en effet au début de l’aventure. En revanche, les joueurs et joueuses qui ont terminé le jeu et ont été couronnés Maître ou Maîtresse de Galar affronteront des créatures de niveau 60. Comme il n’y a pas d’entre-deux, mieux vaut donc se lancer soit très tôt, soit après avoir défait (spoil) afin de se frotter à un challenge cohérent.

Pokémon Crossing : New Horizons

Isolarmure se présente comme un espace ouvert à l’image des Terres Sauvages. Mais si l’on oublie ici les routes linéaires du reste de l’aventure principale, on a droit toutefois à une construction géographique bien plus intéressante que la grande zone centrale de Galar. Là où les Terres Sauvages ressemblaient à un bricolage d’espaces aussi vastes que vides, Isolarmure offre des lieux plus ramassés mais bien mieux construits et très variés. L’environnement est riche, également un peu plus joli que les Terres sauvages grâce aux détails mieux travaillés et à la meilleure intégration des Pokémon dans leur environnement, et il laisse surtout la place belle à l’exploration et la découverte. De quoi hélas mettre à mal la caméra par endroit, au point de faire disparaître parfois notre personnage. On prend toutefois plaisir à découvrir des plages, des plaines, des grottes, une forêt, une petite montagne, un lagon, des îles ainsi qu’une immense étendue d’eau peuplée de requins, le tout pétri de nombreux Pokémon qui se baladent en toute liberté.

Le Pokédex d’Isolarmure, débloqué dès que l’on met les pieds sur l’île, contient un peu plus de 200 créatures dont plus de 100 "nouvelles" têtes, c’est-à-dire d’anciennes créatures qui n’étaient pas encore disponibles dans Pokémon Epée et Bouclier. A noter que par la même occasion, il est désormais possible d’importer ces Pokémon depuis le Pokémon Home. Le casting brasse large, mais encore une fois, on peut dire que la première génération a reçu les faveurs des développeurs : on reçoit même en cadeau un Bulbizarre ou un Carapuce, au choix. Hélas, on ne croise que quatre créatures inédites : Ramoloss de Galar (déjà introduit en exclusivité dans l’aventure principale d’Epée et Bouclier pour faire la promotion des extensions quelques mois avant ce premier pack) et son évolution Flagadoss de Galar, ainsi que le légendaire Wushours et son évolution Shifours.

Isola 200

Cette nouvelle créature est pour ainsi dire la récompense de la quête principale, qui consiste à suivre un apprentissage au sein d’un dojo un peu particulier. Trois épreuves nous sont alors proposées, les deux premières permettant de commencer à explorer Isolarmure, et la troisième consistant en un affrontement avec le phénomène Dynamax activé. Rien de très difficile ni très long : il ne faudra en effet qu'à peine deux ou trois heures en se baladant au passage pour en voir le bout. La faute peut-être aux combats contre d’autres dresseurs qui ne sont vraiment pas légion, car il faudra se contenter principalement d’affrontements contre le rival local, amateur du type Poison dans Epée et du type Psy dans Bouclier. Pour une extension sur le thème du perfectionnement au combat, c’est quand même dommage. Restent les deux tours d’entraînement, Eau ou Ténèbres, grâce auxquelles Wushours est en mesure d’évoluer. Le défi, qui demande un niveau élevé, impose de choisir une tour entre les deux, et donc de renoncer à l’autre, ne permettant d’obtenir que l’une des deux formes de Shifours.

Si cette quête principale reste très courte, on trouve à Isolarmure une quête secondaire un peu plus amusante qu’il n’y paraît : retrouver les 151 Taupiqueur d’Alola égarés par un dresseur étourdi. Voilà qui rappelle les cellules de Zygardes ou les autocollants de la septième génération, à la différence que l’intégration est un peu plus maligne : l’objectif consiste à repérer les trois petits cheveux qui sortent du sol des Pokémon perdus. Rien de révolutionnaire, mais cela permet de récupérer au passage des variantes de certaines créatures, dont des formes d’Alola introuvables autrement à Galar. Et si l’on est particulièrement fier des Pokémon que l’on attrape, on peut désormais être accompagné par la première créature de notre équipe, à la manière de Pokémon Let’s Go. Une fonctionnalité gadget particulièrement appréciée des joueurs, mais hélas assez mal incorporée ici : les créatures ont généralement beaucoup de mal à suivre le rythme du personnage.

De nombreux outils très utiles pour renforcer les Pokémon font également leur apparition, ou plutôt signent leur grand retour. C’est ainsi qu’on a le plaisir de retrouver un maître des capacités avec de nouvelles techniques dans sa besace : une pour chaque type, exploitant pour la plupart les champs, ce qui offre de nouvelles stratégies intéressantes. En vrac, on débloque également un objet permettant d’engranger davantage de points d’expérience, les noigrumes nécessaires à la confection de certaines Poké Balls plutôt rares, un PNJ pour remettre les points d’EV à zéro ainsi qu’un breuvage permettant à certains Pokémon d’atteindre leur plein potentiel de Gigamax. C’est ainsi l’occasion de débloquer les nouvelles formes Gigamax des starters de la huitième génération, introduites dans cette première extension. Du contenu ajouté ici pour satisfaire les joueurs les plus pointus, mais il aurait certainement fallu plus d'enrobage scénaristique.



Pour un premier pack d’extension, L’ïle solitaire de l’armure identifie bien les plus grands défauts des Terres Sauvages. Isolarmure est un territoire ouvert stimulant, qui renoue avec l’exploration. En un mot comme en cent : c’est exactement ce à quoi auraient dû ressembler les Terres Sauvages dans le jeu de base. Hélas, le reste du contenu est bien trop juste en termes de durée de vie et aurait vraiment gagné à avoir plus de combats de dresseurs, et surtout un peu plus de Pokémon inédits que les deux seules familles censées rendre la chasse plus intéressante pour les joueurs fidèles et complétistes. Les autres auront toutefois la joie de croiser une centaine de créatures jusque-là jamais vues à Galar.




5

Moyen


  • Genre : Jeu de rôles
  • Éditeur : Nintendo
  • Détenteur de licence : The Pokémon Company
  • Développeur : Game Freak
  • Franchise : Pokémon
  • Titre alternatif : Pokemon Epee - L'île solitaire de l'Armure
  • Titre VO : Pokemon Sword The Isle of Armor
  • Joueurs concernés : Tous joueurs
  • Multijoueur : oui


Qualité du test pour ce jeux : 



Nous aimerions que vous acceptiez l’utilisation de données liées à votre navigation sur notre site (telles que votre adresse IP et les pages que vous avez consultés) par nous et nos partenaires afin de mieux comprendre l'utilisation que vous faites de notre site (mesure d’audience), vous offrir des services, contenus éditoriaux et publicités adaptés en fonction de vos centres d’intérêts déduits, etc. Si vous disposez d’un compte, nous pourrons associer ces données aux informations personnelles que vous avez fournies pour les mêmes finalités. Pour accepter, nous vous invitons à poursuivre votre navigation en cliquant sur “Accepter & Fermer”. Pour en savoir plus, refuser ou exercer un choix plus granulaire (en fonction des finalités et/ou des partenaires). Vous pouvez changer d’avis à tout moment en cliquant sur « Préférences cookies » figurant en bas de chaque page.